Guadeloupe

En bref

Chef lieu: Basse-Terre

Superficie: 1 702km²

Langue parlée : Français

Nombre d’habitants: 422 496 (1999)

Densité: 248 hab/km²

Taux de chômage: 24,3% (juillet 2003)

Monnaie : EURO (€)

Heure : GMT -4

Économie

L’agriculture est le principal secteur de l’économie guadeloupéenne avec le tourisme. Outre les traditionnelles productions vivrières, qui sont d’ailleurs fort réduites, l’essentiel de la superficie agricole utile est consacré à des cultures d’exportation, en particulier la canne à sucre. Le département est donc un important producteur de sucre et de rhum, commercialisés principalement en France.

Avec ses 6 000 ha de plantations, la Guadeloupe est également un producteur de bananes . Elle ne subsiste plus que grâce aux subventions de la métropole, débouché principal des bananeraies de la Guadeloupe.

Ananas, café, cacao et vanille sont également produits, mais de façon plus restreinte, en particulier la vanille qui n’a pas résisté à l’introduction de la vanille artificielle.

Le tissu industriel guadeloupéen est réduit ; il se limite, pour l’essentiel, à la transformation des produits agricoles locaux, et distilleries, usines de canne et rhumeries sont les principales installations industrielles.

La richesse économique essentielle de la Guadeloupe reste donc le tourisme, qui connaît un fort développement depuis plusieurs années.

Comme les autres départements insulaires français, la Guadeloupe souffre de son éloignement du reste du territoire national.

Histoire

La Guadeloupe a été l’une des îles découvertes par Christophe Colomb en 1493. Elle devient française en 1635, sur l’initiative du cardinal de Richelieu, qui développe une active politique maritime et de colonisation.

À partir de 1650, les Caraïbes, le peuple amérindien majoritaire dans l’île, sont dépossédés de leurs terres pour faciliter la mise en place des grandes plantations vouées à la culture de la canne à sucre.

À la fin du XVIIIe siècle, au gré des luttes entre la France et l’Angleterre, la Guadeloupe passe, en 1787, sous domination anglaise. En 1793, la Convention nationale française envoie le commissaire Victor Hugues libérer la Guadeloupe. Il abolit l’esclavage en avril 1794. En 1802, à la demande de la noblesse créole, le Premier consul Bonaparte envoie le général Richepanse à la Guadeloupe pour y rétablir l’esclavage et rendre le pouvoir aux grands planteurs créoles.

À la chute du premier Empire en 1815, la souveraineté de la France sur l’île est définitivement reconnue par le congrès de Vienne. La traite des noirs est abolie, mais dans les faits, il faut attendre 1848 et le décret Schoelcher pour que l’esclavage soit définitivement aboli.

En 1946, à l’instar de la Martinique, l’autre possession française des Antilles, la Guadeloupe reçoit le statut de département d’outre-mer.

Géographie

La Guadeloupe est située au large de la côte nord-ouest de l’Amérique du Sud, à la jonction des archipels des îles du Vent et des Petites Antilles. Elle est formée de deux îles principales d’origine volcanique et de cinq dépendances insulaires.

Les îles principales sont Basse-Terre à l’ouest et Grande-Terre à l’est, séparées par la rivière Salée, un bras de la mer des Caraïbes, et reliées par un pont. Les îles de Marie-Galante, la Désirade et le petit groupe des Saintes constituent les dépendances du département de la Guadeloupe.

Le climat de la Guadeloupe est tropical humide, soumis aux alizés, avec une saison sèche de décembre à mars et une saison humide d’avril à septembre.

Le chef-lieu est la ville de Basse-Terre, sur l’île du même nom ; toutefois, le port de Pointe-à-Pitre, sur Grande-Terre, est la ville principale et le centre économique du département.

Source : Microsoft Encarta 2004