Polynésie Française

En bref

Ville principale: Papeete
Superficie: 4200 km²
Altitude Max.: 2 241m (Mont Orohena)

Langue parlée : Français
Nombre d’habitants: 257 847 (est. juillet 2002)
Densité: 61 hab/km²
Taux de chômage: 13,2% (2000)

Monnaie : Franc des Comptoirs Français du Pacifique (XPF)
Heure : GMT -9

Économie

L’économie est en pleine mutation depuis la fin des expérimentations nucléaires françaises dans le Pacifique sud. Une page est tournée et aujourd’hui le tourisme et les produits de la mer prennent le relais pour assurer une économie viable. L’agriculture occupe une place non négligeable dans l’économie. Outre les cultures vivrières, composées de taro, de manioc et de patates douces, la Polynésie produit de la vanille et du coprah, ainsi que des fruits tropicaux.

La pêche occupe une place croissante dans l’économie locale, en particulier depuis que le territoire mène une politique active pour attirer notamment les chalutiers japonais.

La construction et la maintenance navales ne constituent pas encore des secteurs moteurs de l’industrie polynésienne. Celle-ci demeure encore pour l’essentiel limitée à la transformation des produits agricoles, avec en particulier des brasseries.

Une part importante des ressources polynésiennes provient toutefois de la mer avec les perles noires de Tahiti, renommées et exportées dans le monde entier.

Outre la culture des perles, le principal espoir réside désormais dans le développement de l’activité touristique. Mais, si le mythe tahitien reste toujours aussi vivace dans les imaginations, les chiffres disponibles ne reflètent que modestement cette attirance.

Histoire

La Polynésie n’est peuplée que tardivement en raison de son éloignement des principaux foyers de peuplement en Océanie. Magellan est, en 1521, le premier navigateur européen à « découvrir » quelques îles qui font aujourd’hui partie intégrante de la Polynésie française.

C’est à la fin du XVIIIème siècle que les contacts avec les Européens se font de plus en plus nombreux, commerçants et missionnaires se disputant les influences. Les expéditions et les récits qui en sont faits provoquent un regain d’intérêt pour ces îles du Pacifique Sud.

James Cook, le plus prestigieux des explorateurs anglais, parviendra, à son tour, à Tahiti en 1769 à bord de son navire Endeavour. Ce cartographe de renom effectuera par la suite deux autres séjours à Tahiti.

Protectorat en 1843, Tahiti devient colonie en 1880. Les îles Gambier, Tuamotu, Australes, Marquises et Sous- le-Vent furent progressivement rattachées à la République.

En 1957, les Etablissements français de l’Océanie changent de nom pour celui de Polynésie Française. Territoire d’Outre-mer depuis 1946, la Polynésie Française bénéficie d’un statut d’autonomie, aménagé par la loi organique du 12 Avril 1996.

Géographie

La Polynésie française est composée de cent trente îles, îlots et atolls regroupés en cinq archipels : archipel de la Société, constituées des îles du Vent et des îles Sous-le-Vent, l’archipel des Tuamotu, les îles Gambier, les îles Australes et les îles Marquises (l’île Clipperton, atoll désert au sud de la côte mexicaine, en fait également partie).

S’étendant sur une superficie maritime de près de 5 millions de km², soit la taille de l’Europe, les terres émergées de Polynésie française ne représentent en réalité que 4 200 km².

Objet depuis plus de deux siècles de tous les fantasmes et de tous les mythes, la Polynésie a longtemps été une terre d’accueil pour les « Blancs », appelés « popa », désireux d’évasion. Ainsi le peintre Paul Gauguin, le chanteur Jacques Brel, l’explorateur Paul-Émile Victor ou l’acteur Marlon Brando se sont installés sur ces îles.

Tahiti, située dans l’archipel de la Société, est l’île phare du territoire puisqu’elle regroupe plus des deux tiers de la population de la Polynésie française. Sa principale ville, Papeete, en est la capitale et le principal centre économique.

Source : Microsoft Encarta 2004

Voir aussi :

Actualités