Nouvelle Calédonie

En bref

Ville principale: Nouméa
Superficie: 19 058 km²
Altitude Max.: 1 650m (mont Panié)

Langue parlée : Français
Nombre d’habitants: 207 858 (est. juillet 2002)
Densité: 11 hab/km²
Taux de chômage: 19% (1996)

Monnaie : franc pacifique (CFP)
Heure : GMT +11

Économie

L’économie du territoire repose sur des activités diversifiées, mais l’agriculture continue de jouer un rôle important. En effet, en plus des cultures de subsistance subtropicales, telles que l’igname, la patate douce, le taro ou le manioc, la Nouvelle-Calédonie exploite également des plantations de café et de cocotiers. Et le territoire exporte du coprah.

Le secteur agricole est complété par l’élevage. Pratiqué essentiellement à l’intérieur des terres de l’île de Nouvelle-Calédonie, où le relief et la faible occupation humaine justifient une forme extensive, l’élevage néo-calédonien concerne les ovins (environ 100 000 têtes) et les chèvres (20 000 têtes).

C’est donc l’exploitation minière qui fait la richesse du territoire, en particulier le nickel, avec le gisement de Thio (le nickel place la Nouvelle-Calédonie comme le troisième producteur de nickel au monde). Les richesses minières comportent également du chrome, du cobalt, du fer, du cuivre, de l’or et du manganèse, mais dans des proportions moins importantes que le nickel.

Le tissu industriel néo-calédonien est peu développé : hormis les sites de productions minières et la centrale de Yaté, les principales activités industrielles du territoire consistent en la transformation des produits agricoles et la production de biens de consommation courants.

Depuis plusieurs années la Nouvelle-Calédonie mise sur le tourisme qui connaît un développement certain grâce aux atouts du territoire.

Histoire

La Nouvelle-Calédonie fut découverte en 1774 par James Cook qui la baptisa ainsi en souvenir de son Ecosse natale. En 1853, sous le règne de Napoléon III, l’île devient française par l’entremise de l’amiral Fébvrier-Despointes.

D’abord terre pénitentiaire, la Nouvelle-Calédonie bénéficie rapidement de son sol riche en cuivre, cobalt, et nickel. La fin du XIXème siècle marque l’arrivée des Indiens malabars, coolies vietnamiens, tonkinois, et javanais venus pour l’exploitation des premières mines.

Parallèlement, les européens s’installent en Nouvelle-Calédonie pour développer l’élevage et la culture du café notamment. Cette période explique la grande diversité ethnique du peuplement actuel du territoire.

Les années 80 ont connu des tensions politiques mais les récents Accords de Nouméa font qu’aujourd’hui les différentes cultures apprennent à vivre ensemble en plus grande autonomie.

Entre 2013 et 2018, le territoire disposera de son entière souveraineté et un référendum décidera de son accession ou non à l’indépendance.

Géographie

La Nouvelle-Calédonie est un archipel situé en Mélanésie, à quelques degrés au nord du Tropique du Capricorne, et distante de près de 20 000 kilomètres de la métropole.

Le territoire est composé de l’île de Nouvelle-Calédonie elle-même (appelée Grande Terre), et de plusieurs îles plus petites et groupes d’îles formant ses dépendances. Celles-ci comprennent notamment les îles Loyauté, à l’est de la Nouvelle-Calédonie, l’île des Pins, au sud-est, les îles Chesterfield, à l’ouest, et les îles Huon, au nord-est.

L’île de Nouvelle-Calédonie est ceinturée par un récif-barrière corallien et est formée d’une arête montagneuse culminant au mont Panié, à 1 650 m d’altitude.

La Nouvelle-Calédonie jouit d’un climat tempéré que l’on pourrait qualifier de “tropical océanique”. Le climat est tempéré et ensoleillé.

La capitale du territoire est Nouméa, principale ville et port le plus important, située sur l’île de Nouvelle-Calédonie.

Source : Microsoft Encarta 2004