Géothermie

44,3 TWh ont été produits dans le monde, principalement en Amérique du Nord (États-Unis) et Centrale (Mexique), en Asie et en Europe de l’Ouest (Italie), grâce à cette filière en 1998. À cette date, 350 installations de géothermie haute énergie (200 à 350°C) fonctionnaient sur la planàte pour une puissance installée de 8 000 MW. L’avenir de ce mode de production dépend des conditions géologiques des sites et se situe essentiellement dans les zones volcaniques.

Des volcans à la géothermie

La géothermie consiste à exploiter les gisements naturels de vapeur ou d’eau chaude, le plus souvent situés en zone volcanique. Les gisements dont la température est comprise entre 90°C et 350°C permettent de produire de l’électricité : géothermie haute (200°C-350°C) et moyenne énergie (90°C-200°C). Ceux dont la température est inférieure à 90°C (géothermie basse énergie) produisent de la chaleur pour les usages domestiques, le chauffage de serres ou d’eau de pisciculture.

Pour obtenir de l’énergie géothermique, on procède :

  • par conduction (prélèvement direct de l’eau chaude dans les nappes souterraines),
  • par convection (injection d’eau froide dans les roches profondes et chaudes puis pompage de la vapeur obtenue).

La centrale de Bouillante (Guadeloupe), base d’un essor dans les Caraïbes

A la Guadeloupe, la centrale de Bouillante, exploitée par la société Géothermie-Bouillante à laquelle participe EDF, a été rénovée et recouplée au réseau en 1996. Seule centrale géothermique haute température française (4,8 MW), elle puise par un forage de 340 màtres 20% de vapeur et 80% d’eau chaude à 160°C au pied du volcan de la Soufriàre. Elle a produit en 2000 21 374 MWh. Les travaux de forage pour son extension ont commencé en 2000.
L’expérience menée à Bouillante sert de base au développement de ce mode de production dans les Caraïbes, une région parsemée de volcans, au potentiel géothermique important dont l’exploitation pourrait éviter des importations de combustibles fossiles pour produire de l’électricité. En Martinique, un premier forage a débuté dans la plaine du Lamentin.

Métropole : géothermie basse énergie pour les usages domestiques

Les gisements dont la température est inférieure à 90°C (géothermie basse énergie) produisent de la chaleur pour les usages domestiques, le chauffage de serres ou d’eau de pisciculture.

EDF, l’ADEME et Électricité de Strasbourg ont testé des pompes à chaleur (PAC) géothermales en Alsace, Rhône-Alpes et Bretagne, avec une cinquantaine de forages réalisés. Les premières maisons chauffées par ce moyen ont vu le jour en 1999.
La technologie des PAC géothermales peut entraîner jusqu’à 80% d’économies d’énergie et constitue un moyen de lutte efficace contre le changement climatique. Elle est en plein essor en Suisse où elle équipe 16% des maisons neuves, et aux États-Unis où plus de 40 000 maisons en sont dotées.