Edito par Guy FAVAND, Vice-président O.N.G. COEDADE RUP : “RES NON VERBA”

Edito de novembre 2008 par Guy, Favand, Vice-président O.N.G. COEDADE RUP

Je tiens à vous remercier de la confiance que vous avez bien voulu m’accorder pour cette nouvelle fonction au sein de notre ONG.

Le monde se réveille enfin, comprenant que tout commence par la problématique énergétique…

Comme j’ai déjà pu le dire maintes fois dans diverses conférences:

…s’il n’y a pas de développement sans énergie… il n’y aura pas de développement durable sans énergie renouvelable…

L’énergie sale (fossile et nucléaire) ”était” le monopole d’une minorité d’individus…

Si l’air, l’eau, le patrimoine génétique humain sont des ”biens communs de l’humanité”, l’énergie propre est également à considérer comme un autre bien commun de l’humanité, elle doit en priorité être accessible aux plus pauvres…

L’une des missions d’envergure de l’ONG COEDADE RUP est de tout mettre en oeuvre pour démontrer que cela est possible… grâce entre autre à la filière de la méthanisation contrôlée.

Le solaire thermique est aussi la forme d’énergie simple à mettre à la portée de tous…

Le Rayonnement de cette ONG dans les RUP (la périphérie) doit être un exemple et en même temps une énorme opportunité.

Comme le disait un ami hélas décédé, Maurice ALLEFRESDE:

La Guadeloupe, comme bien d’autres territoires qui se trouvent en situation de périphérie (géographique, et socio-économique) par rapport aux espaces et modèles dominants, est en bonne position pour inventer des processus alternatifs de tous ordres: technologiques, productifs, culturels…

 

En effet, en périphérie, on est plus porté à innover, à inventer, à expérimenter et à penser « autrement », par nécessité, qu’à imiter, copier ou reproduire, cependant qu’au centre des modèles on s’emploie surtout à gérer, c’est à dire à maintenir les performances et à garantir la durée des systèmes économiques et socioculturels qui fondent les prétendus « modèles ».

 

Les inventeurs à la marge, de Guadeloupe et d’ailleurs, pourraient faire leur la formule d’un philosophe contemporain pour lequel « c’est sur les bords qu’on dit mieux la vérité ».

On soulignera au surplus que la « périphérie » guadeloupéenne comporte, en matière d’énergies alternatives, des ressources et des atouts bioclimatiques, bioénergétiques et humains qui devraient la désigner pour être un champ d’excellence pour la mise au point de prototypes, nécessairement expérimentaux dans un premier temps, mais dont l’intérêt résidera aussi dans l’analyse de leur transfert à d’autres milieux géographiques et sociétés humaines.

Le temps presse, la température monte… il est grand temps de passer à des réalisations concrètes, chacun doit collaborer avec ses connaissances, ses contacts, son temps personnel…

Il faut communiquer, agir, proposer, anticiper, innover, réformer, révolutionner… et changer nos mauvaises habitudes dites de ”confort légitime du 21èm siècle… et tellement polluantes !

Nous sommes tous responsables de ce changement climatique global, soyons en conscients et agissons immédiatement et durablement pour envisager de rétablir les atteintes que nous avons faites à notre propre Terre.. et à nos enfants… et aux leurs…

Un autre monde est possible… cela ne dépend que de notre volonté d’y parvenir en commençant par montrer l’exemple à chaque instant de notre vie…

"RES NON VERBA", "des actes, non des paroles !"

Une réponse à Edito par Guy FAVAND, Vice-président O.N.G. COEDADE RUP : “RES NON VERBA”

  1. Ping : Edito par Guy FAVAND, Vice-président O.N.G. COEDADE RUP : “RES NON VERBA” - O.N.G. COEDADE RUP

Les commentaires sont fermés.