Leçon N°2 : Que peut on méthaniser pour produire de l’énergie propre ?

 

 Gisement des fermentescibles en Guadeloupe (ou ailleurs sur Terre !)

  •   Les restes alimentaires des particuliers, cantines, restaurants, hôtels, selfs…
  •   Les déjections animales des élevages (lisiers, fientes, fumiers…)
  • Les résidus agricoles des cultures non traitées… bananes, canne à sucre (bagasse), etc. …
  • Les déchets d’abattoirs, de nettoyage des poissons, cadavres d’animaux …
  • Les denrées périmées des commerces (invendus actuellement mis en décharge !)…
  • Les boues des stations d’épuration, contenus des fosses, vidanges, curages des fossés, des canaux …
  • Les déchets verts (pelouses de jardins, stades, golfs, espaces verts, bords de route …), les fruits tombés à terre, les déchets des tailles des arbres  !
  • Les algues douces ou salées, les jacinthes d’eau des rivières, canaux ou mares (à réhabiliter !)…
  • Les huiles alimentaires (fritures) …
  • Les déchets des transformations agroalimentaires (ex. drèches de brassage des bières … )
  • Les résidus de distillation de la filière ‘’canne – sucre – rhum’’ (de toutes les distilleries) …   
  • Et bien d’autre fermentescibles encore ! (en Métropole par exemple les farines animales ; 900 000 tonnes étaient en attente en 2003 de destruction par incinération !) …
Cela représente des volumes et masses considérables, ce ne sont plus des déchets mais des matières quasiment gratuites et renouvelables.
La méthanisation de ces fermentescibles produit une énergie propre, renouvelable et disponible sur place, sans être tributaire d’importations d’énergie fossiles.
Méthaniser ces déchets fermentescibles, c’est aussi la seule solution pour gérer et traiter intelligemment avec valorisations multiples ces matières au lieu de vouloir les incinérer ou de les enfouir !
La méthanisation contrôlée en amont permet de réduire considérablement les coûts des traitements des OM (Ordures Ménagères) en valorisant sur les lieux de production ces matières au lieu d’être obligé de commencer par les transporter sur route !
 
Le Biogaz produit localement ne sera jamais indexé sur les cours du pétrole.